Questions pièges en Entretien de recrutement :

non, vous ne pourrez pas appeler un ami …

L’entretien de recrutement, l’épreuve ultime de votre démarche de recherche d’emploi.

Etre prêt à répondre aux questions pièges en entretien de recrutement : le Graal pour tous ceux qui cherchent un nouveau job.

Les questions pièges en entretien de recrutement sont à votre recherche d’emploi ce que l’épreuve des Poteaux est à Koh-Lanta : un enfer

Questions pièges en entretien de recrutement

Questions pièges en entretien de recrutement

 


Enfin ça c’était avant : avant que l’équipe d’Hyperbolyk ne vous propose une série d’astuces et de conseils pour que ces questions pièges en entretien de recrutement deviennent si agréables que vous aurez envie de ne pas être recruter juste pour le plaisir d’en passer d’autres.

 

Un entretien de recrutement c’est quoi ?

Ou plutôt ce n’est pas quoi : ni un combat ou l’un essaye de mettre à terre l’autre. Ni un oral ou l’élève serait questionné par un prof sanctionnant d’une note la composition. Ni une représentation d’anguille qui cherche à tout prix à esquiver, à passer entre les gouttes. Ni une partie de poker menteur. Ni un jeu de rôle où vous allez vous faire passer pour celui que vous n’êtes pas.

L’entretien de recrutement, le moment ou une personne (le recruteur) qui à un problème à résoudre va chercher à comprendre si vous êtes la personne (le candidat) qui peut lui résoudre son problème. Et comme pour cela vous ne serez pas seul et que vous intégrerez une équipe, il va chercher à comprendre votre personnalité pour vérifier votre propension à vous fondre dans cette équipe. Et enfin, comme le recruteur ne vous prend pas uniquement pour résoudre un problème (dans le cadre d’un CDI) mais aussi pour intégrer durablement son entreprise il va vouloir savoir comment vous vous projetez sur du plus long terme.

Pour valider tout çà il faut discuter, d’égal à égal, chercher à se comprendre mutuellement. Le recruteur voudra éclaircir 4 points clefs lors de l’entretien de recrutement : compétences, personnalité, motivation et ambition.

Vous, vous chercherez à définir si oui vous voulez (et pouvez) résoudre les problèmes évoqués, si oui vous avez envie d’être managé par la personne situé en face de vous, si oui vous vous voyez travailler dans cette entreprise et dans cette environnement.


Alors le problème nous direz-vous, c’est que tous les recruteurs ne sont pas aussi professionnels et n’embrassent pas tous cet état d’esprit. Et que certains se font un malin plaisir à vous bombarder de questions pièges en entretien de recrutement. Parce que, pensent-ils, si vous résistez à cette pression, si vous ne glissez pas sur ces peaux de bananes, c’est que vous êtes LE bon candidat. Il se trompent sauvagement, et ils l’apprendront à leurs dépends.

Ceci étant, tous les candidats ne sont pas terribles non plus, il faut bien se l’avouer. Pour jouer une belle partie, il faut être 2. Alors concentrez-vous sur vous, sur vos réponses.

Le cadre posé, les nombreux (très nombreux) actifs en recherche d’un nouveau job que j’ai pu accompagner ont toutefois toujours une même demande : être coaché à répondre aux questions pièges en entretien de recrutement (çà rassure).

Gros problème : comment définir une question piège? Ce qui est piège pour vous l’est-il pour votre voisine ?

questions pièges en entretien de recrutement

Questions pièges en entretien de recrutement


Alors pour ne pas vous laisser sans réponse, nous avons sélectionné certaines questions pièges ou dites pièges par ces actifs (merci à eux pour leur participation indirecte d’ailleurs). Et nous vous proposons des hypothèses de réponses éclairées.

A vous de vous en saisir, ou pas, nous ne détenons aucune vérité ! ( juste un peu d’expérience en la matière 😉 )

Un premier billet donc sur les questions pièges en entretien de recrutement avec 4 grandes questions incontournables : c’est parti  !


Questions pièges en entretien de recrutement  : n°1, êtes-vous mobile ?

Bon évidemment vous devez avoir réfléchit à votre mobilité, ce que vous êtes prêt à accepter ou pas. Mais vous devez également questionner le recruteur sur ce qu’il entend par mobilité. Mobilité = déplacements ? Combien de jour par semaine, et pour se rendre ou ? Avec nuits d’hôtels ou pas ? Mobilité sur quels territoires et à quelle fréquence ?

Où vous questionne-t-il sur une mobilité indispensable pour évoluer dans le groupe tous les 3 ans ?

Dans ce cas répondre : « oui dans 3 ans j’étudierai volontiers une mobilité ! « .  Parce qu’il est inutile de se griller d’emblée avec un « çà dépend ça serait pour faire quoi ? « . Parce que dans 3 ans rien ne vous empêchera de refuser une mobilité. Parce que dans 3 ans votre manager aura peut être quitté son poste et son remplaçant ne saura pas qu’à l’époque vous aviez déclaré être mobile. Parce que dans 3 ans de l’eau aura coulé sous les ponts !


Questions pièges en entretien de recrutement : n°2, voulez-vous des enfants ?

Parmi les questions pièges en entretien de recrutement, un grand classique. Sauf cas d’une femme ayant fait le choix (rare, mais tout à fait respectable) de ne jamais être maman, ou ne pouvant biologiquement pas l être, oui vous allez avoir des enfants ! Et c‘est bien ce que vous allez répondre. Pas question de mentir sur ce point. Mais à vous de préciser que la maternité ne fait pas à ce jour parti de vos priorités, que vous êtes concentrée sur votre recherche d’emploi pour l’instant et sur votre prochain poste. Et que le jour où cela arrivera, l’entreprise sera suffisamment prévenue à l’avance pour organiser votre remplacement d’une part. Enfin vous mettrez en avant que vous saurez à ce moment là organiser la garde de votre enfant comme tout le monde.

Vous voulez démontrer une forme de confiance en vous ? N’hésitez pas à demander au recruteur si lui même il a des enfants (il est curieux, soyez-le aussi !), ou à lui rappeler (avec un grand sourire par contre celui qui veut dire « coquin tu n’as pas le droit de poser ce genre de questions en entretien ») que c’est un question un peu privée mais que vous acceptez malgré tout d’y répondre.

Quoiqu’il en soit même si cette question est maladroite et n’a pas à être posée en entretien de recrutement, ne vous laissez pas déstabiliser, répondez rapidement à la question et passez à autre chose.


Questions pièges en entretien de recrutement  : n°2 – bis (variante), avez-vous des enfants ? (pour monsieur et madame donc)

Vous pourriez vous contenter de répondre à cette question fermée par une réponse précise et fermée également : « oui, 2 enfants, de 3 et 7 ans « . Le recruteur qui en posant cette question voulait se rassurer quant à votre disponibilité vous relancera probablement. Pas de panique. Même si cette nouvelle question est indiscrète et sans rapport avec le poste à pourvoir. Vous allez lui donner ce qu’il veut : des gages de sécurité.

Pour ce faire montrez lui que la garde d’enfants est (ou sera) organisée par une triple intervention :  nounou, garde péri-scolaire et investissement de votre conjoint(e) qui se charge d’emmener tous les matins les enfants à l’école. Et si vos parents ou beaux-parents ne sont pas loin, rajoutez-en une couche sur leur capacité à se mobiliser en cas d’imprévus. Sortez l’artillerie lourde !

Vous pourrez également évoquer le fait que dans votre ancien poste cette organisation vous donnait toute latitude pour des horaires flexibles voire des déplacements.


Questions pièges en entretien de recrutement : n°3, quels sont vos qualités et défauts ?

Parmi les questions pièges en entretien de recrutement, un grand classique également. La aussi tout est question de préparation. A question bateau (et de notre point de vue sans intérêt) réponse bateau : préparez une liste de défauts subtilement choisis pour que l’on puisse hésiter sur le fait d’avoir peut-être à faire à des qualités. Une personne rigoureuse qui aime la précision, une personne de challenge, une personne ambitieuse, trop dynamique, trop exigeante, réservée.

Vous approfondirez vos réponses en précisant que tout est une question de contexte. Dans le cas A la rigueur est une qualité, dans le cas B elle est plutôt un défaut. Donnez également un exemple concret vécu dans un contexte professionnel.

Vous pouvez répondre également que : « mes collègues apprécient souvent telle qualité et tel autre trait de personnalité chez moi » pour mettre en avant vos savoir-être sans avoir l’air de trop vous vendre.

Parlez également de vos amis et de votre famille pour que le recruteur se rende compte de ce que les autres pensent de vous.

L’objectif du recruteur est de comprendre qui vous êtes, de mieux cerner votre personnalité, de mieux définir dans quelles situations tel trait de caractère se manifeste plus ou moins. A vous de démontrer que vous vous connaissez suffisamment pour être capable de faire varier vos réactions selon les situations professionnelles que vous rencontrerez. Voila peut-être votre 1ère qualité : l’adaptabilité.


Questions pièges en entretien de recrutement : n°4, pourquoi avez-vous quitté votre dernier emploi ?

Parmi les questions pièges en entretien de recrutement, celle-ci ne sera  sensible que pour ceux qui ont été licenciés pour des raisons autres qu’économiques (non atteinte d’objectifs, mauvaises entente avec son manager, problèmes disciplinaires), ou « contraints » à signer une rupture conventionnelle.

Là, pas question d’effrayer le recruteur avec des détails précis (entendu dernièrement : « mon chef c’était un vrai c… moi je me laisse pas faire du coup il a fini par me virer pour des fautes imaginaires, mais lui ai collé un prud’homme »).

L’entretien c’est un moment ou il convient de rassurer l’autre. Vous allez donc devoir plancher sur un story-telling qui va être assez proche de la vérité mais qui n’entrera pas dans les détails, et racontera avec un éclairage sinon positif tout du moins neutre la situation.

Objectif visé : rassurer, convaincre le recruteur que finalement quitter une entreprise, c’est quelque chose d’assez banal en 2015, que vous avez tenté de l’éviter mais que finalement partir c’est un mal pour un bien, que cela vous permet de vous lancer dans un nouveau challenge. (Celui que le recruteur vous propose justement)


Voici donc une bonne base de travail, quelques astuces qui vous donneront ,nous espérons un peu d’air, et un peu d’assurance. Si vous même vous avez testé d’autres types de réponses avec succès, n’hésitez pas à laisser votre proposition en commentaire.


Et si vous avez été confrontés à des questions pièges et que vous souhaitez que nous vous aidions à trouver une réponse, là aussi laissez-nous votre question en commentaire.


La partie II de ce billet consacré aux questions pièges en entretien de recrutement c’est par ici :

Questions pièges en entretien (partie 2)


Vous avez aimé cet article ? Faites le vivre !
Partagez-le sur Facebook, Linkedin, Twitter ou par mail